Dimanche 27 décembre 2015

L'armée belge investit dans un nouvel équipement pour le saut à très haute altitude

Le ministère de la Défense a fait l'acquisition de nouveaux appareils destinés à fournir de l'oxygène aux parachutistes appelés à sauter depuis une altitude élevée, a indiqué sa Direction générale des Ressources humaines (DG MR).

L'achat porte sur une trentaine d'appareils, dont quatorze ont déjà été acquis. Dix-neuf autres le seront au début de l'année 2016, pour un montant total de 1,1 million d'euros.

Ce matériel est destiné au groupe des forces spéciales (SFG) caserné à Hervelee, près de Louvain, et au peloton de "pathfinders" de la brigade légère - des parachutistes chargés de reconnaître des zones d'atterrissage permettant de préparer des largages de matériel ou de personnel -, a précisé la DG MR sur sa page Facebook.

Le remplacement en urgence de l'actuel équipement - il est âgé de plus de vingt ans - est justifié par des "problèmes de sécurité" rencontrés par les anciens appareils.

Le nouveau matériel sera disponible à partir de la mi-2016, a-t-on ajouté de même source. La DG MR a choisi un type de matériel déjà en service dans d'autres armées afin de simplifier l'entraînement et la logistique.

Ce genre d'équipement permet d'effectuer des sauts en chute libre depuis une altitude atteignant les 8000 mètres - là où l'air est raréfié - depuis un avion comme le C-130 Hercules. Sauter à très haute altitude permet l'infiltration aérienne d'une zone déterminée en se déplaçant sur quelque 40 kilomètres, explique-t-on de source militaire. (Belga)