Mardi 6 décembre 2016

Un nouveau chef pour les forces spéciales belges

Lieutenant-colonel Wim Denolf (gauche)

Le groupe des forces spéciales (SF Gp), une petite unité d'élite de l'armée belge, s'est, fidèle à ses traditions, doté en toute discrétion d'un nouveau chef de corps, a annoncé lundi le ministère de la Défense.

Le lieutenant-colonel Étienne Schmitz a été investi vendredi dans cette fonction lors d'une cérémonie organisée à Heverlee (près de Louvain), la caserne qui abrite notamment le SFG. Il succède au lieutenant-colonel Wim Denolf.

"Pour garantir le secret des forces spéciales, la reprise de commandement n'était évidemment pas ouverte au grand public", a précisé la Défense sur son site internet.

Le ministre de la Défense, Steven Vandeput, qui était présent, a souligné sa conviction et sa foi dans la pertinence de cette unité et en a remercié le personnel qui exécute "tant d'opérations dans l'ombre" sans autre précision.

Le SFG, unité discrète par excellence mais en manque d'effectifs, est toutefois le sujet d'une série de six reportages télévisés dont le premier numéro - consacré à une intervention en Côte d'Ivoire, même si le pays n'est pas cité nommément - a été diffusé jeudi dernier par la chaîne privée flamande VTM.

Le SFG compte officieusement quelque 130 personnes, dont un certain nombre - confidentiel - de membres pleinement opérationnels, pour la plupart issus des unités para-commandos. Selon la "vision stratégique" pour la Défense à l'horizon 2030 appouvée en juin par le gouvernement, l'armée belge doit renforcer sa capacité de forces spéciales (SOF, pour "Special Operations Forces" en jargon). Elle devra ainsi se doter d'un Special Operations Command (Socom) en coopération avec le Danemark et les Pays-Bas dans le cadre d'un programme de l'Otan. "Ce SOCOM devra être expéditionnaire", précise le document préparé par M. Vandeput.